Poème de l'Air

texte de Marina Tsvetaeva

Réalisées en 2017 à l’atelier de l'artiste-graveur danois  Torben Bo Halbirk,  ces eau-fortes aux aquatintes de bitume sont inspirées par trois moments du Poème de l’Air et les 4 mots récurrents :  Rêve, Rue, Escalier et Porte que l'on trouve dans les carnets de Marina Tsvetaeva de 1927.

Le « rêve » est d’abord aspiration à percevoir le souffle et la présence de l’être aimé (Planche 1)

 

La « rue » représente la frontière entre monde terrestre et monde aérien (Planche 2)

 

Tandis que « l'escalier » , ascension de strate en strate, fait éprouver les résistances des couches d’air successives, génère une douloureuse sensation d’étouffement (Planche 3)

 

La quatrième planche, « porte » reste inachevée pour cause de disparition de Bo Halbirk en 2018.

Valia Eydis. Triptyque "Souffle, Rêve, Ascention". Eau-forte, aquatinte au bitume, 2017. Collection permanente du Musée de Marina Tsvetaïeva à Moscou

Inauguration de la réouverture du musée de Marina Tsvetaeva à Moscou, 2017

Triptyque  "Souffle, Rêve, Ascension"

Édition limitée à 4 exemplaires

Imprimée sur les presses de l'Atelier Bo Halbirk à Paris en 2017